creuser jusqu’aux nuages

mardi 5 mai 2020

A vivre en sauvage, on redécouvre que l’on a la capacité de trouver l’eau. Sans nanocapteur, sans technologie ni réalité augmentée, sans don ni magie ni pseudo-chamanisme non plus.
nan nan nan

Juste avec ce truc un peu oublié qu’est la faculté de raisonner ; ce cheminement qui part de l’observation, passe par quelques déductions pour arriver jusqu’à une hypothèse qui sera mise à l’épreuve de l’expérience : ici à coups de pelle.
Si l’expérience s’avère concluante, alors l’hypothèse était juste. Dans le cas contraire on reprend les observations et/ou les déductions et ainsi de suite…

Alors c’est sûr ! on pourra reprocher le caractère chronophage de la démarche, son incertitude voire l’insécurité, la précarité qui l’accompagnent. Ça prend du temps d’observer, de penser toussa toussa…

On préfèrera donc peut-être un résultat immédiat livré par une prothèse artificielle, un outil, une technologie ou – ce qui revient au même – on préfèrera donc peut-être un résultat immédiat livré par une formule magique, une révélation, une interprétation d’oracles ou un don inexplicable, bref ! un truc efficace qui offre une réponse rapide et sûre sans que l’on ait soi-même à parcourir tout le fastidieux processus plus ou moins long, et complexe, qui mène jusqu’à cette réponse.

Or de mon point de vue certes désuet, jugé hautain voire perché, il n’y a pas d’un côté les rationalistes technophiles éclairéEs et de l’autre les spiritualistes illuminéEs : ce sont juste deux aspects de la même servitude ; et – toujours de mon point de vue – c’est en bonne partie parce que l’on cesse peu à peu d’utiliser notre faculté de penser que nous en sommes aujourd’hui réduitEs à vivre en bio-capifascisme : terrifiante chimère née de l’union de deux monstres mortifères autoproclamés garants de la Vie dans un monde frénétique et stérile où doivent sans cesse, en toute hâte quoique sans raison ni sens circuler la matière, l’énergie, les corps, l’information pour que le réel, tel un Spectacle à bicyclette tienne… tant qu’il tourne et fuit en avant dans cette hallucination collective qui doit faire société.

Est-ce que quelqu’unE peut me dire s’il existe-t-il quelque part des études archéologiques, anthropologiques qui dissertent sur la perte, ou la mise en sommeil, de certaines de nos facultés naturelles corrélée au développement du progrès technologique ?

l’étrange écho

 

Le matin, j’ai repensé à cet « effroi diffus » qui est venu se poser sur le texte « car il n’y a RIEN à sauver » écrit et publié vendredi dernier.
Et puis dans l’aprèm, j’ai remis la main sur un livre que j’avais trouvé il y a quelques jours : récup sur le chariot à bagages qui fait désormais office de zone de gratuité devant la ressourcerie depuis que la dechetterie toute proche ne l’est plus : zone de gratuité puisque la ressourcerie existe.^^
bref.

Sur cet espace minuscule on est autorisé à prendre et poser librement ce que l’on veut, j’y passe parfois pour glaner des livres à recueillir à la bibliothèque. Ce jour là je tombe sur un livre que j’ai fabriqué 🙂
ce qui n’a rien d’exceptionnel non plus vu que lorsqu’il m’arrive de vendre ces automicroéditions je le fais sur les marchés des environs fréquentés par une population tout à fait sensibilisée à ce geste de don sur zone de gratuité.
Donc dans l’aprèm je reprends ce livre, posé à la bibliothèque depuis son retour, et puis je l’ouvre. Une page en est cornée : je m’y rends et me trouve devant le texte « petite provocation, pour réagir » sous-titré (petite vocation pour agir).
Du coup je le relis.
Et alors, en un double étrange écho, la page 17 et ma carcasse saisie, sont traversées – 20 ans après – par le même « effroi diffus »



Ce genre d’expérience pourrait pour certainEs relever du mysticisme, ce que je réfute sans pour autant nier l’existence de ces échos étranges.
De mon point de vue, pas besoin d’une force immanente, ni d’idée supérieure, ni de dieux, sectes et religions pour expliquer et encadrer la perception ni l’interprétation de tels moments. Car à mon avis ces moments sont inscrits dans le ballet de la vie et n’ont rien d’exceptionnel car ils ne surviennent pas comme illuminant soudain une réalité qui en serait par ailleurs dépourvue. Ces moments forment plutôt la trame naturelle de nos interactions avec l’univers lorsque nous disposons de notre TEMPS – passer son temps au rythme singulier qui est le notre entre en résonance comme des harmoniques avec un rythme naturel qui nous dépasse et nous englobe : le rythme de l’univers lui-même concert des rythmes combinés de ses super-amas en bulles de savon, de ses amas locaux, ses galaxies, ses systèmes solaires, ses planètes dont … la TERRE et tout ce qui vit dessus.

C’est à dessein que les religions, les sectes, tout le care et les biosoinstelluriques, les thérapeutes, les faux prophètes, … élèvent ces moments à un statut de mystique rare : pour mieux organiser et contraindre le reste du TEMPS. Tous ces charlatanEs sont inutiles pour cultiver le lien qui existe entre la singularité unique et originale qu’est chaque être vivant (dont vous et moi) et un tout multiple / entre notre infinité singulière et l’infinité dans laquelle nous évoluons.
De ce point de vue, les textes sacrés, préceptes, lois donc les religions et états qui les imposent sont des obstacles, des écrans, des verres déformants, une « fantaisie abstractive » selon Bakounine, un Spectacle (d’effroi diffus) qui s’immisce entre l’univers et nous.

Or
le temps libéré est un luxe incroyable. Les nobles, puis les bourgeoisEs le savent bien puisque depuis longtemps c’est le but de leur domination sur une autre partie de l’humanité qui travaille : qui use son temps à la place de bourgeoisEs aujourd’hui actionnaires et/ou multipropriétaires par exemple.

Quand on n’est, ou ne nait pas bourgeoisE en revanche, le temps libéré est un luxe que la société aime à voir se payer cher en misère et/ou exclusion. Au mieux c’est pour faire artiste et/ou bénévole au pire c’est zone et/ou prison.

Alors qu’il suffit de changer de point de vue. L’actionnaire et le multipropriétaire sont les vraiEs parasites du corps social et du coup on peut respecter (voire rejoindre, soutenir, reproduire, adapter, associer, combiner, multiplier ..) déjà respecter toutes les tentatives d’adaptation du corps social par celles et ceux qui vivent dans des contraintes. Contraintes d’adaptation qui ne sont que préambules à d’autres bouleversements à venir.
Comment anticiper en commun pour donner une chance à l’ensemble HUMANITE de s’adapter – ou pas –
en favorisant l’auto-organisation d’initiatives spontanées,
sans attendre que celles ci,
qui prennent des formes variées,
ne soient transformées en produits et/ou solutions
spectaculaires et convenuEs –
ni en nouvelle « fantaisie abstractive » –
par une bourgeoisie prompte à s’accaparer le réel,
jusqu’à en controler les rébellions,
les pratiques et les imaginaires subversifs
pour perdurer ?

Les prendre de cours par la libération
complète et joyeuse
de notre temps de vie
et l’organisation commune
de ce nouvel état d’être

peut s’envisager comme une option.




lundi 6 janvier 2020

car il n’y a RIEN à sauver

vendredi 3 janvier 2020

Bon. J’espère qu’on aura compris que je ne suis pas contre la grève…

de la même manière, si je critique le livre de @TeamIsaAttard et l’édito de @Francois_Ruffin ce n’est évidement pas que je m’oppose à l’anarchie, à l’antiproductivisme ni à l’anticonsumérisme. Pas plus en vertu d’un quelconque idéal indétrônable.

non, non, non
c’est que je pense qu’il n’y a RIEN à sauver de ce Spectacle absurde d’effroi diffus.

Si ces deux personnes que je respecte par ailleurs – leur accordant plutôt une présomption de sympathie vu que je ne les connais pas – s’illEs donc usent de ces termes, je n’imaginent pas plus qu’illEs sont manipuléEs comme des fèves par les vilainEs anthroposophes. Depuis longtemps, les sectes et les chapelles sont multiples à se partager le marché de la crédulité.

non, non, non,
je pense que si madame Attard et monsieur Ruffin usent de ces termes c’est plus simplement peut-être parcequ’illEs sont intelligentEs et les produits de ce même spectème
spectastème
systèculaire
systulaire
bref, système spectaculaire dans lequel il est judicieux d’user de ces termes pour bien négocier les virages qui s’annoncent.
Virages sur un chemin que l’anthroposophie jalonne depuis longtemps déjà de comptoirs, relais et auberges – écoles, jardins, banques – … – sanctuaires.

Si ces deux figures émergent et sont reconnues (par leurs pairs) comme étant de bonnEs pilotes intelligenEs, la bourgeoisie devrait bientôt sinon les laisser manoeuvrer dans cette tourmente, du moins leur offrir de beaux rôles. Pour PERDURER.

Or, dans les termes dont illEs usent il est justement question de faire en sorte que ce même système CESSE de perdurer.

voili voilou
Donc à elleux d’aller au bout du rôle qu’illes se donnent dans la panoplie assez ridicule qu’illes ont enfilée
ou de changer de costume de scène
voire de s’éclipser avec le reste du Spectacle
dont il n’y a rien à sauver.
Pas même eux.

canopée / le sommet du vivant

vendredi 18 octobre 2019

Belle amie, complice amoureuse, pendant ce temps qui m’éloigne de toi j’écoute parfois la radio.

Ce terme de canopée me plonge à l’instant dans un monde fantastique : selon Francis Hallé c’est là que se résolvent en bonne intelligence tous les problèmes posés par la vie ; là que des fentes timides créent des structures comme des membranes, entre les arbres qui n’osent se toucher ; là que la nuit sonore – imagine – commence à la tombée du jour par les rythmes mêlés « de millions de batraciens » qui seront remplacés peu à peu par un essaim insensé de sons d’insectes pour enfin, déjà, se peupler de pépiements d’oiseaux multiples jusqu’à l’aurore… Cet endroit est magique puisque perpétuel, la vie – prolixe – s’y épanouit comme en nulle autre ailleurs au monde ; c’est le sommet du vivant, la peau de la Terre qu’effleurent la conscience – et la lumière.

Pour comprendre mon enthousiasme, tu peux prendre un peu de ton temps pour écouter ses mots à lui : ils sont justes et sensés, pas du tout noyés dans de l’à peu près mystico-ésotérico-pouet-pouet, comme les mantras que l’on entend anônnés par les charlatans de cette écologie spectaculaire et prophétique que je moque et critique. Cet homme arrive, sans quitter la raison, à révéler des vérités essentielles et précieuses pour une raison toute simple : il est SINCERE !
Tu peux sans doute chercher par toi même, tu retrouveras sur les internets des traces du radeau des cîmes et de l’aventure qu’il mène depuis trente ans avec d’autres perchéEs, pour observer et étudier cette fine épaisseur de vie qu’a tissé la-haut la conscience pour évoluer.

Je t’embrasse

Post-Scriptum : Ah oui, et puis donc faudra faire bien gaffe à cette canopée : si elle pouvait ne plus jamais être préemptée par l’entreprise mercantile sans réaction mais plutôt perçue soudain – partout sur la planète – comme désormais le lieu essentiel à … et bien disons à la circulation de la lumière, donc de l’énergie, donc de la vie sur terre … ce serait chouette / merci, bisou

anthroposophie altermondialisme & nouvelle droite

vendredi 27 septembre 2019

schéma commencé suite à l’échec du contre sommet du G7 à Biarritz pour tenter de comprendre à quel point l’anthroposophie infecte depuis des années les milieux altermondialistes – on découvre lorsque l’on cherche un peu que cette écologie conspirationniste est intimement liée à l’écologie intégrale et à la nouvelle droite.

Un courant ésotérico-populo-écologique existe à droite comme à gauche, relié par une même idée, très ancienne qui se base sur un fond raciste.

Cette recherche permet de comprendre que le #metafascisme : cette montée des suprématismes et des extrêmes droites dans tout le monde occidental-chrétien-capitaliste rejoint un discours porté par des organisations écologistes et des ONG. Ce qui est en jeu dans la métamorphose du capitalisme en un #GreenNewDeal c’est le maintien de la position dominante de l’occident pour non pas « sauver » la nature mais continuer à l’exploiter au détriment des peuples indigènes ou autochtones. Greta Thunberg elle même parle de sauver « notre » civilisation : blanche/occidentale/chrétienne et capitaliste ce qui est un problème.


récapitulatif

 

a

medi 1er juin 2019

Je ne suis pas né avec un A cerclé en argent dans la bouche.
Il m’a fallu du temps, des rencontres et pas mal de déceptions pour comprendre que les ami-es que je cherchais étaient invisibles.
Du temps et des luttes, proches et lointaines, pour comprendre l’illusion de l’écologie sectaire des petits pas vers l’entre-soi.
Aujourd’hui, enfin débarrassé de ces scories, détaché, éloigné ou brouillé avec pas mal de ce que l’ »alternatif » a pu produire de creux ces 20 dernières années, me vient l’envie d’un petit récapitulatif.

né à Vesoul (70)
Vial est le nom de ma mère
licence de philo au Mirail (tlse)
crève Hodgkin et ton syndrôme : en rémission depuis 1997

association nova express :

co-création de l’asso nova express (1998) avec Céline Delestré :

participation (98-2002) au collectif mix arts myrys

https://librairiemobile.wordpress.com/2014/12/19/01-04-99/

éditions Key Largo :

https://librairiemobile.wordpress.com/2014/12/19/les-editions-key-largo-une-collection-achevee/
https://www.instagram.com/p/BajMySnHBc0/

la librairiemobile :


basée à Terre Blanque de 2002 à 2006
https://librairiemobile.wordpress.com/2014/12/19/la-librairie-mobile-historique-et-prochaines-etapes/

quand on pensait encore que ça servait à quelque chose de signer des tribunes

référence dans le guidaltern

la librairiemobile à Biocybèle

anonymous :

#Opbartleby
https://www.youtube.com/user/FreeFrogFrench
https://www.facebook.com/Anonymous-Garden-341363899231316/

La Grenouille – jardin/bibliothèque :


http://web.archive.org/web/20160303181132/http://www.librairiemobile.org/spip.php?article23
https://www.facebook.com/STOP-Consommation-566181160196436/
parcelle d’utopîe

Bibliocoop :


définition de la bibliocoop

https://librairiemobile.wordpress.com/2014/12/19/la-bibliocoop-une-mise-en-commun-sur-le-marche-de-monbrun-bocage/

LUMOMANA

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/lumomana-atelier-galerie-bibliotheque/tabs/description
https://www.ladepeche.fr/article/2013/11/22/1758254-le-mas-d-azil-lum-omana-une-galerie-conviviale.html


http://altercampagne.free.fr/pages/2008/AlterTour/Collectifs_associes.html

Bibliothèque du Pic Noir :

quand on cherchait un bateau pour faire la bibliothèque

https://librairiemobile.wordpress.com/2017/04/03/p-a-z/

https://librairiemobile.wordpress.com/2018/09/18/a-quoi-donc-occuper-ce-co-laps-de-temps-quil-nous-reste-a-vivre-ensemble/

travail artistique perso :

en soutien à la lutte de San Salvador Atenco contre l’aéroport (2001)

quasi tout les textes, récits, poésies accessibles ici

et aussi là

trilogie – anticipation politique :

stop consommation [en français]
stop consumo [en espagnol]

i.mage


ET Gabrielle ou la révolution relative

récit sur le transhumanisme :

Le fantôme de l’auberge du diable

poésie automatique

adaptation pour le théâtre de « Vercoquin et le plancton » de Boris Vian

facebook avec des trucs en vrac

c’est l’eau qui crée

assemblages

les mobiles : prendre le temps de faire voler les cailloux

https://www.artactif.com/fr/artist/vialdavid/work/collection/20811-sans-titre

https://vimeo.com/187152448

le système : plan d’évacuation (2017)

avec John Wayne(2018)

programme imaginaire composé avec les programmes des candidat-es aux européennes 2019