Fr – the Demands of

(fr) THE DEMANDS OF THE COLLECTIVE BLACK VOICES AT FREE CAPITOL HILL TO THE GOVERNMENT OF SEATTLE, WASHINGTON

dimanche 14 juin 2020

source :

https://medium.com/@seattleblmanon3/the-demands-of-the-collective-black-voices-at-free-capitol-hill-to-the-government-of-seattle-ddaee51d3e47

THE DEMANDS OF THE COLLECTIVE THE DEMANDS OF THE COLLECTIVE BLACK VOICES AT FREE CAPITOL HILL TO THE GOVERNMENT OF SEATTLE, WASHINGTON VOICES AT FREE CAPITOL HILL TO THE GOVERNMENT OF SEATTLE, WASHINGTON
FreeCapitolHill – Jun 10

In credit to the people who freed Capitol Hill, this list of demands is neither brief nor simplistic. This is no simple request to end police brutality. We demand that the City Council and the Mayor, whoever that may be, implement these policy changes for the cultural and historic advancement of the City of Seattle, and to ease the struggles of its people. This document is to represent the black voices who spoke in victory at the top of 12th & Pine after 9 days of peaceful protest while under constant nightly attack from the Seattle Police Department. These are words from that night, June 8th, 2020.

For ease of consideration, we’ve broken these demands into four categories : The Justice System, Health and Human Services, Economics, and Education.

Given the historical moment, we’ll begin with our demands pertaining to the Justice System.

1. The Seattle Police Department and attached court system are beyond reform. We do not request reform, we demand abolition. We demand that the Seattle Council and the Mayor defund and abolish the Seattle Police Department and the attached Criminal Justice Apparatus. This means 100% of funding, including existing pensions for Seattle Police. At an equal level of priority we also demand that the city disallow the operations of ICE in the city of Seattle.

2. In the transitionary period between now and the dismantlement of the Seattle Police Department, we demand that the use of armed force be banned entirely. No guns, no batons, no riot shields, no chemical weapons, especially against those exercising their First Amendment right as Americans to protest.

3. We demand an end to the school-to-prison pipeline and the abolition of youth jails. Get kids out of prison, get cops out of schools. We also demand that the new youth prison being built in Seattle currently be repurposed.

4. We demand that not the City government, nor the State government, but that the Federal government launch a full-scale investigation into past and current cases of police brutality in Seattle and Washington, as well as the re-opening of all closed cases reported to the Office of Police Accountability. In particular, we demand that cases particular to Seattle and Washington be reopened where no justice has been served, namely the cases of Iosia Faletogo, Damarius Butts, Isaiah Obet, Tommy Le, Shaun Fuhr, and Charleena Lyles.

5. We demand reparations for victims of police brutality, in a form to be determined.

6. We demand that the City of Seattle make the names of officers involved in police brutality a matter of public record. Anonymity should not even be a privilege in public service.

7. We demand a retrial of all People in Color currently serving a prison sentence for violent crime, by a jury of their peers in their community.

8. We demand decriminalization of the acts of protest, and amnesty for protestors generally, but specifically those involved in what has been termed “The George Floyd Rebellion” against the terrorist cell that previously occupied this area known as the Seattle Police Department. This includes the immediate release of all protestors currently being held in prison after the arrests made at 11th and Pine on Sunday night and early Saturday morning June 7th and 8th, and any other protesters arrested in the past two weeks of the uprising, the name Evan Hreha in particular comes to mind who filmed Seattle police macing a young girl and is now in jail.

9. We demand that the City of Seattle and the State Government release any prisoner currently serving time for a marijuana-related offense and expunge the related conviction.

10. We demand the City of Seattle and State Government release any prisoner currently serving time just for resisting arrest if there are no other related charges, and that those convictions should also be expunged.

11. We demand that prisoners currently serving time be given the full and unrestricted right to vote, and for Washington State to pass legislation specifically breaking from Federal law that prevents felons from being able to vote.

12. We demand an end to prosecutorial immunity for police officers in the time between now and the dissolution of the SPD and extant justice system.

13. We demand the abolition of imprisonment, generally speaking, but especially the abolition of both youth prisons and privately-owned, for-profit prisons.

14. We demand in replacement of the current criminal justice system the creation of restorative/transformative accountability programs as a replacement for imprisonment.

15. We demand autonomy be given to the people to create localized anti-crime systems.

16. We demand that the Seattle Police Department, between now and the time of its abolition in the near future, empty its “lost and found” and return property owned by denizens of the city.

17. We demand justice for those who have been sexually harassed or abused by the Seattle Police Department or prison guards in the state of Washington.

18. We demand that between now and the abolition of the SPD that each and every SPD officer turn on their body cameras, and that the body camera video of all Seattle police should be a matter of easily accessible public record.

19. We demand that the funding previously used for Seattle Police be redirected into : A) Socialized Health and Medicine for the City of Seattle. B) Free public housing, because housing is a right, not a privilege. C) Public education, to decrease the average class size in city schools and increase teacher salary. D) Naturalization services for immigrants to the United States living here undocumented. (We demand they be called “undocumented” because no person is illegal.) E) General community development. Parks, etc.

We also have economic demands that must be addressed.

1. We demand the de-gentrification of Seattle, starting with rent control.

2. We demand the restoration of city funding for arts and culture to re-establish the once-rich local cultural identity of Seattle.

3. We demand free college for the people of the state of Washington, due to the overwhelming effect that education has on economic success, and the correlated overwhelming impact of poverty on people of color, as a form of reparations for the treatment of Black people in this state and country.

4. We demand that between now and the abolition of the SPD that Seattle Police be prohibited from performing “homeless sweeps” that displace and disturb our homeless neighbors, and on equal footing we demand an end to all evictions.

5. We demand a decentralized election process to give the citizens of Seattle a greater ability to select candidates for public office such that we are not forced to choose at the poll between equally undesirable options. There are multiple systems and policies in place which make it impractical at best for working-class people to run for public office, all of which must go, starting with any fees associated with applying to run for public office.

Related to economic demands, we also have demands pertaining to what we would formally call “Health and Human Services.”

1. We demand the hospitals and care facilities of Seattle employ black doctors and nurses specifically to help care for black patients.

2. We demand the people of Seattle seek out and proudly support Black-owned businesses. Your money is our power and sustainability.

3. We demand that the city create an entirely separate system staffed by mental health experts to respond to 911 calls pertaining to mental health crises, and insist that all involved in such a program be put through thorough, rigorous training in conflict de-escalation.

Finally, let us now address our demands regarding the education system in the City of Seattle and State of Washington.

1. We demand that the history of Black and Native Americans be given a significantly greater focus in the Washington State education curriculum.

2. We demand that thorough anti-bias training become a legal requirement for all jobs in the education system, as well as in the medical profession and in mass media.

3. We demand the City of Seattle and State of Washington remove any and all monuments dedicated to historical figures of the Confederacy, whose treasonous attempts to build an America with slavery as a permanent fixture were an affront to the human race.

Transcribed by @irie_kenya and @AustinCHowe. Special thanks to Magik for starting and facilitating the discussion to create this list, to Omari Salisbury for the idea to break the list into categories, and as well a thanks to Kshama Sawant for being the only Seattle official to discuss with the people on Free Capitol Hill the night that it was liberated.

Although we have liberated Free Capitol Hill in the name of the people of Seattle, we must not forget that we stand on land already once stolen from the Duwamish People, the first people of Seattle, and whose brother, John T. Williams of the Nuu-chah-nulth tribe up north was murdered by the Seattle Police Department 10 years ago.

Black Lives Matter — All day, Every day

LES REVENDICATIONS DES VOIX COLLECTIVES NOIRES À FREE CAPITOL HILL ADRESSEES AU GOUVERNEMENT DE SEATTLE, WASHINGTON

FreeCapitolHill – 10 juin

En hommage aux personnes qui ont libéré Capitol Hill, cette liste de revendications n’est ni anecdotique ni simpliste. Ce n’est pas une simple demande de mettre fin à la brutalité policière. Nous exigeons que le conseil municipal et le maire, quels qu’ils soient, mettent en œuvre ces changements de politique pour l’avancement culturel et historique de la ville de Seattle, et pour apaiser les luttes de ses habitants. Ce document fixe par écrit les voix noires qui ont pris la parole en vainqueurEs au sommet du 12th & Pine après 9 jours de manifestations pacifiques, sous l’attaque nocturne constante du département de police de Seattle. Ce sont les mots de cette nuit du 8 juin 2020.

Pour plus de facilité, nous avons divisé ces demandes en quatre catégories : le système de justice, la santé et les services sociaux, l’économie et l’éducation.

Étant donné le moment historique, nous commencerons par nos revendications concernant le système de justice.

1. Le service de police de Seattle et le système judiciaire attaché sont au-delà de la réforme. Nous ne demandons pas de réforme, nous exigeons l’abolition. Nous exigeons que le Conseil de Seattle et le maire cessent de financer et abolissent le Département de police de Seattle et l’appareil de justice pénale qui va avec. Cela signifie 100% du financement, y compris les salaires pour la police de Seattle. Au même niveau de priorité, nous exigeons aussi que la municipalité interdise les opérations d’ICE dans la ville de Seattle.

2. Dans la période de transition entre aujourd’hui et le démantèlement prochain des services de police de Seattle, nous exigeons que le recours à la force armée soit totalement interdit. Pas d’armes, pas de matraques, pas de boucliers anti-émeute, pas d’armes chimiques, en particulier contre ceux qui exercent leur droit garanti par le premier amendement en tant qu’américains, de protester.

3. Nous exigeons la fin de l’engrenage école-prison et l’abolition des prisons pour jeunes. Sortez les enfants de prison, sortez les flics des écoles. Nous exigeons également que la nouvelle prison pour jeunes en construction à Seattle soit maintenant réaménagée.

4. Nous exigeons que ni le gouvernement de la ville, ni le gouvernement de l’État, mais que le gouvernement fédéral ouvre une enquête approfondie sur les cas passés et actuels de violences policières à Seattle et à Washington, ainsi que la réouverture de tous les cas clos signalés au Bureau de la responsabilité policière. En particulier, nous exigeons la réouverture d’affaires précises à Seattle et à Washington dans lesquelles aucune justice n’a été rendue, à savoir les affaires Iosia Faletogo, Damarius Butts, Isaiah Obet, Tommy Le, Shaun Fuhr et Charleena Lyles.

5. Nous exigeons des réparations pour les victimes de violences policières, sous une forme à déterminer.

6. Nous exigeons que la ville de Seattle fasse en sorte que les noms des officiers impliqués dans les violences policières soient rendus publics. L’anonymat ne devrait pas être un privilège même dans la fonction publique.

7. Nous exigeons un nouveau procès de toutes les personnes de couleur purgeant actuellement une peine de prison pour crime violent, par un jury de leurs pairs dans leur communauté.

8. Nous exigeons la dépénalisation des actes de protestation, et l’amnistie pour les manifestants en général, mais en particulier ceux impliqués dans ce qui a été appelé « la rébellion George Floyd » contre la cellule terroriste qui occupait auparavant cette zone connue sous le nom de Seattle Police Department. Cela comprend la libération immédiate de tous les manifestants actuellement détenus en prison après les arrestations effectuées sur 11th et à Pine dimanche soir et tôt le samedi matin les 7 et 8 juin, ainsi que tout autre manifestant arrêté au cours des deux dernières semaines du soulèvement, le nom d’Evan Hreha en particulier vient à l’esprit qui a filmé la police de Seattle en train d’asperger [de spray au poivre] une jeune fille et est maintenant en prison.

9. Nous exigeons que la ville de Seattle et le gouvernement de l’État libèrent tout détenu purgeant actuellement une peine pour une infraction liée à la marijuana et annulent la condamnation correspondante.

10. Nous exigeons que la ville de Seattle et le gouvernement de l’État libèrent tout prisonnier purgeant une peine juste pour avoir résisté à une arrestation s’il n’y a pas d’autres charges connexes, et que ces condamnations soient également radiées.

11. Nous exigeons que les prisonniers purgeant actuellement une peine bénéficient du droit de vote plein et sans restriction, et que l’État de Washington adopte une législation spécifiquement contraire à la loi fédérale qui empêche les criminels de pouvoir voter.

12. Nous exigeons la fin de l’exemption des poursuites contre des policiers dans l’intervalle d’ici à la dissolution du SPD et du système judiciaire existant.

13. Nous exigeons l’abolition de l’emprisonnement, d’une manière générale, mais surtout l’abolition des prisons pour jeunes et des prisons privées à but lucratif.

14. Nous exigeons, en remplacement du système de justice pénale actuel, la création de programmes de responsabilisation réparatrice / transformatrice plutôt que de l’emprisonnement.

15. Nous exigeons que la population soit dotée d’une autonomie pour créer des systèmes de prévention du crime localisés.

16. Nous exigeons que le département de police de Seattle, d’ici à la date de son abolition dans un proche avenir, vide les « objets trouvés » et restitue les biens appartenant aux habitants de la ville.

17. Nous exigeons que justice soit rendue à ceux qui ont été harcelés ou abusés sexuellement par les services de police de Seattle ou les gardiens de prison de l’État de Washington.

18. Nous exigeons que d’ici à l’abolition du SPD, tous les agents du SPD allument leurs caméras corporelles et que les données des caméras corporelles de tous les policiers de Seattle soit matière d’un enregistrement public facilement accessible.

19. Nous exigeons que le financement précédemment utilisé pour la police de Seattle soit réorienté vers : A) Santé et médecine socialisées pour la ville de Seattle. B) Logement public gratuit, car le logement est un droit, pas un privilège. C) Éducation publique, pour réduire la taille moyenne des classes dans les écoles de la ville et augmenter le salaire des enseignants. D) Services de naturalisation pour les immigrants aux États-Unis vivant ici sans papiers. (Nous exigeons qu’ils soient qualifiés de « sans papiers » car personne n’est illégal.) E) Développement communautaire général. Parcs, etc.

Nous avons également des exigences économiques auxquelles nous devons répondre.

1. Nous exigeons la dé-gentrification de Seattle, en commençant par le contrôle des loyers.

2. Nous exigeons le rétablissement du financement de la ville pour les arts et la culture afin de rétablir l’identité culturelle locale autrefois riche de Seattle.

3. Nous exigeons un collège gratuit pour les habitants de l’État de Washington, en raison de l’effet déterminant que l’éducation a sur la réussite économique et de l’impact écrasant corrélé de la pauvreté sur les personnes de couleur, comme une forme de réparation pour le traitement des Noirs dans cet état et pays.

4. Nous exigeons que d’ici à l’abolition du SPD, soit interdite la pratique des « balayages de sans-abri » qui déplacent et dérangent nos voisins sans-abri, et sur un pied d’égalité, nous exigeons la fin de toutes les expulsions.

5. Nous exigeons un processus électoral décentralisé pour donner aux citoyens de Seattle une plus grande diversité des candidats à des fonctions publiques de sorte que nous ne soyons pas obligés de choisir au scrutin entre des options tout aussi indésirables les unes que les autres. La multiplicité des systèmes et stratégies à mettre en oeuvre rend impossible pour les travailleurs de se présenter à une fonction publique, ils doivent surmonter tout cela, à commencer par les frais associés à la candidature.

En ce qui concerne les demandes économiques, nous avons également des revendications concernant ce que nous appellerions officiellement « Santé et services sociaux ».

1. Nous exigeons que les hôpitaux et les établissements de soins de Seattle embauchent des médecins et des infirmières noirs spécialement pour aider à soigner les patients noirs.

2. Nous exigeons que les habitants de Seattle recherchent et soutiennent fièrement les entreprises appartenant à des Noirs. Votre argent est notre pouvoir et notre durabilité.

3. Nous exigeons que la ville crée un système entièrement distinct doté de spécialistes en santé mentale pour répondre aux appels du 911, et insistons pour que toutes les personnes impliquées dans un tel programme suivent une formation approfondie et rigoureuse sur la désescalade des conflits.

Enfin, laissez nous vous adresser maintenant nos revendications concernant le système éducatif de la ville de Seattle et de l’État de Washington.

1. Nous exigeons que l’histoire des Noirs et des Amérindiens soit davantage mise en évidence dans le programme d’éducation de l’État de Washington.

2. Nous exigeons qu’une formation approfondie contre les préjugés devienne une exigence légale pour tous les emplois dans le système éducatif, ainsi que dans les professions de la santé et dans les médias.

3. Nous exigeons que la ville de Seattle et l’État de Washington suppriment tous les monuments dédiés aux personnages historiques de la Confédération, dont les frauduleuses tentatives de construire une Amérique avec l’esclavage comme pièce maitresse étaient un affront à la race humaine.

Transcrit par @irie_kenya et @AustinCHowe. Un merci spécial à Magik pour avoir lancé et facilité la discussion pour créer cette liste, à Omari Salisbury pour l’idée de diviser la liste en catégories, ainsi qu’à Kshama Sawant pour être le seul officiel de Seattle à avoir discuté avec les gens de Free Capitol Hill la nuit où il a été libéré.

Bien que nous ayons libéré Free Capitol Hill au nom des habitants de Seattle, nous ne devons pas oublier que nous sommes sur des terres déjà une fois volées au peuple Duwamish, le premier peuple de Seattle, et dont le frère, John T. Williams du Nuu -une tribu chah-nulth dans le nord a été assassinée par le service de police de Seattle il y a 10 ans.

Black Lives Matter – Toute la journée, chaque jour

creuser jusqu’aux nuages

mardi 5 mai 2020

A vivre en sauvage, on redécouvre que l’on a la capacité de trouver l’eau. Sans nanocapteur, sans technologie ni réalité augmentée, sans don ni magie ni pseudo-chamanisme non plus.
nan nan nan

Juste avec ce truc un peu oublié qu’est la faculté de raisonner ; ce cheminement qui part de l’observation, passe par quelques déductions pour arriver jusqu’à une hypothèse qui sera mise à l’épreuve de l’expérience : ici à coups de pelle.
Si l’expérience s’avère concluante, alors l’hypothèse était juste. Dans le cas contraire on reprend les observations et/ou les déductions et ainsi de suite…

Alors c’est sûr ! on pourra reprocher le caractère chronophage de la démarche, son incertitude voire l’insécurité, la précarité qui l’accompagnent. Ça prend du temps d’observer, de penser toussa toussa…

On préfèrera donc peut-être un résultat immédiat livré par une prothèse artificielle, un outil, une technologie ou – ce qui revient au même – on préfèrera donc peut-être un résultat immédiat livré par une formule magique, une révélation, une interprétation d’oracles ou un don inexplicable, bref ! un truc efficace qui offre une réponse rapide et sûre sans que l’on ait soi-même à parcourir tout le fastidieux processus plus ou moins long, et complexe, qui mène jusqu’à cette réponse.

Or de mon point de vue certes désuet, jugé hautain voire perché, il n’y a pas d’un côté les rationalistes technophiles éclairéEs et de l’autre les spiritualistes illuminéEs : ce sont juste deux aspects de la même servitude ; et – toujours de mon point de vue – c’est en bonne partie parce que l’on cesse peu à peu d’utiliser notre faculté de penser que nous en sommes aujourd’hui réduitEs à vivre en bio-capifascisme : terrifiante chimère née de l’union de deux monstres mortifères autoproclamés garants de la Vie dans un monde frénétique et stérile où doivent sans cesse, en toute hâte quoique sans raison ni sens circuler la matière, l’énergie, les corps, l’information pour que le réel, tel un Spectacle à bicyclette tienne… tant qu’il tourne et fuit en avant dans cette hallucination collective qui doit faire société.

Est-ce que quelqu’unE peut me dire s’il existe-t-il quelque part des études archéologiques, anthropologiques qui dissertent sur la perte, ou la mise en sommeil, de certaines de nos facultés naturelles corrélée au développement du progrès technologique ?

l’étrange écho

 

Le matin, j’ai repensé à cet « effroi diffus » qui est venu se poser sur le texte « car il n’y a RIEN à sauver » écrit et publié vendredi dernier.
Et puis dans l’aprèm, j’ai remis la main sur un livre que j’avais trouvé il y a quelques jours : récup sur le chariot à bagages qui fait désormais office de zone de gratuité devant la ressourcerie depuis que la dechetterie toute proche ne l’est plus : zone de gratuité puisque la ressourcerie existe.^^
bref.

Sur cet espace minuscule on est autorisé à prendre et poser librement ce que l’on veut, j’y passe parfois pour glaner des livres à recueillir à la bibliothèque. Ce jour là je tombe sur un livre que j’ai fabriqué 🙂
ce qui n’a rien d’exceptionnel non plus vu que lorsqu’il m’arrive de vendre ces automicroéditions je le fais sur les marchés des environs fréquentés par une population tout à fait sensibilisée à ce geste de don sur zone de gratuité.
Donc dans l’aprèm je reprends ce livre, posé à la bibliothèque depuis son retour, et puis je l’ouvre. Une page en est cornée : je m’y rends et me trouve devant le texte « petite provocation, pour réagir » sous-titré (petite vocation pour agir).
Du coup je le relis.
Et alors, en un double étrange écho, la page 17 et ma carcasse saisie, sont traversées – 20 ans après – par le même « effroi diffus »



Ce genre d’expérience pourrait pour certainEs relever du mysticisme, ce que je réfute sans pour autant nier l’existence de ces échos étranges.
De mon point de vue, pas besoin d’une force immanente, ni d’idée supérieure, ni de dieux, sectes et religions pour expliquer et encadrer la perception ni l’interprétation de tels moments. Car à mon avis ces moments sont inscrits dans le ballet de la vie et n’ont rien d’exceptionnel car ils ne surviennent pas comme illuminant soudain une réalité qui en serait par ailleurs dépourvue. Ces moments forment plutôt la trame naturelle de nos interactions avec l’univers lorsque nous disposons de notre TEMPS – passer son temps au rythme singulier qui est le notre entre en résonance comme des harmoniques avec un rythme naturel qui nous dépasse et nous englobe : le rythme de l’univers lui-même concert des rythmes combinés de ses super-amas en bulles de savon, de ses amas locaux, ses galaxies, ses systèmes solaires, ses planètes dont … la TERRE et tout ce qui vit dessus.

C’est à dessein que les religions, les sectes, tout le care et les biosoinstelluriques, les thérapeutes, les faux prophètes, … élèvent ces moments à un statut de mystique rare : pour mieux organiser et contraindre le reste du TEMPS. Tous ces charlatanEs sont inutiles pour cultiver le lien qui existe entre la singularité unique et originale qu’est chaque être vivant (dont vous et moi) et un tout multiple / entre notre infinité singulière et l’infinité dans laquelle nous évoluons.
De ce point de vue, les textes sacrés, préceptes, lois donc les religions et états qui les imposent sont des obstacles, des écrans, des verres déformants, une « fantaisie abstractive » selon Bakounine, un Spectacle (d’effroi diffus) qui s’immisce entre l’univers et nous.

Or
le temps libéré est un luxe incroyable. Les nobles, puis les bourgeoisEs le savent bien puisque depuis longtemps c’est le but de leur domination sur une autre partie de l’humanité qui travaille : qui use son temps à la place de bourgeoisEs aujourd’hui actionnaires et/ou multipropriétaires par exemple.

Quand on n’est, ou ne nait pas bourgeoisE en revanche, le temps libéré est un luxe que la société aime à voir se payer cher en misère et/ou exclusion. Au mieux c’est pour faire artiste et/ou bénévole au pire c’est zone et/ou prison.

Alors qu’il suffit de changer de point de vue. L’actionnaire et le multipropriétaire sont les vraiEs parasites du corps social et du coup on peut respecter (voire rejoindre, soutenir, reproduire, adapter, associer, combiner, multiplier ..) déjà respecter toutes les tentatives d’adaptation du corps social par celles et ceux qui vivent dans des contraintes. Contraintes d’adaptation qui ne sont que préambules à d’autres bouleversements à venir.
Comment anticiper en commun pour donner une chance à l’ensemble HUMANITE de s’adapter – ou pas –
en favorisant l’auto-organisation d’initiatives spontanées,
sans attendre que celles ci,
qui prennent des formes variées,
ne soient transformées en produits et/ou solutions
spectaculaires et convenuEs –
ni en nouvelle « fantaisie abstractive » –
par une bourgeoisie prompte à s’accaparer le réel,
jusqu’à en controler les rébellions,
les pratiques et les imaginaires subversifs
pour perdurer ?

Les prendre de cours par la libération
complète et joyeuse
de notre temps de vie
et l’organisation commune
de ce nouvel état d’être

peut s’envisager comme une option.




lundi 6 janvier 2020

car il n’y a RIEN à sauver

vendredi 3 janvier 2020

Bon. J’espère qu’on aura compris que je ne suis pas contre la grève…

de la même manière, si je critique le livre de @TeamIsaAttard et l’édito de @Francois_Ruffin ce n’est évidement pas que je m’oppose à l’anarchie, à l’antiproductivisme ni à l’anticonsumérisme. Pas plus en vertu d’un quelconque idéal indétrônable.

non, non, non
c’est que je pense qu’il n’y a RIEN à sauver de ce Spectacle absurde d’effroi diffus.

Si ces deux personnes que je respecte par ailleurs – leur accordant plutôt une présomption de sympathie vu que je ne les connais pas – s’illEs donc usent de ces termes, je n’imaginent pas plus qu’illEs sont manipuléEs comme des fèves par les vilainEs anthroposophes. Depuis longtemps, les sectes et les chapelles sont multiples à se partager le marché de la crédulité.

non, non, non,
je pense que si madame Attard et monsieur Ruffin usent de ces termes c’est plus simplement peut-être parcequ’illEs sont intelligentEs et les produits de ce même spectème
spectastème
systèculaire
systulaire
bref, système spectaculaire dans lequel il est judicieux d’user de ces termes pour bien négocier les virages qui s’annoncent.
Virages sur un chemin que l’anthroposophie jalonne depuis longtemps déjà de comptoirs, relais et auberges – écoles, jardins, banques – … – sanctuaires.

Si ces deux figures émergent et sont reconnues (par leurs pairs) comme étant de bonnEs pilotes intelligenEs, la bourgeoisie devrait bientôt sinon les laisser manoeuvrer dans cette tourmente, du moins leur offrir de beaux rôles. Pour PERDURER.

Or, dans les termes dont illEs usent il est justement question de faire en sorte que ce même système CESSE de perdurer.

voili voilou
Donc à elleux d’aller au bout du rôle qu’illes se donnent dans la panoplie assez ridicule qu’illes ont enfilée
ou de changer de costume de scène
voire de s’éclipser avec le reste du Spectacle
dont il n’y a rien à sauver.
Pas même eux.

canopée / le sommet du vivant

vendredi 18 octobre 2019

Belle amie, complice amoureuse, pendant ce temps qui m’éloigne de toi j’écoute parfois la radio.

Ce terme de canopée me plonge à l’instant dans un monde fantastique : selon Francis Hallé c’est là que se résolvent en bonne intelligence tous les problèmes posés par la vie ; là que des fentes timides créent des structures comme des membranes, entre les arbres qui n’osent se toucher ; là que la nuit sonore – imagine – commence à la tombée du jour par les rythmes mêlés « de millions de batraciens » qui seront remplacés peu à peu par un essaim insensé de sons d’insectes pour enfin, déjà, se peupler de pépiements d’oiseaux multiples jusqu’à l’aurore… Cet endroit est magique puisque perpétuel, la vie – prolixe – s’y épanouit comme en nulle autre ailleurs au monde ; c’est le sommet du vivant, la peau de la Terre qu’effleurent la conscience – et la lumière.

Pour comprendre mon enthousiasme, tu peux prendre un peu de ton temps pour écouter ses mots à lui : ils sont justes et sensés, pas du tout noyés dans de l’à peu près mystico-ésotérico-pouet-pouet, comme les mantras que l’on entend anônnés par les charlatans de cette écologie spectaculaire et prophétique que je moque et critique. Cet homme arrive, sans quitter la raison, à révéler des vérités essentielles et précieuses pour une raison toute simple : il est SINCERE !
Tu peux sans doute chercher par toi même, tu retrouveras sur les internets des traces du radeau des cîmes et de l’aventure qu’il mène depuis trente ans avec d’autres perchéEs, pour observer et étudier cette fine épaisseur de vie qu’a tissé la-haut la conscience pour évoluer.

Je t’embrasse

Post-Scriptum : Ah oui, et puis donc faudra faire bien gaffe à cette canopée : si elle pouvait ne plus jamais être préemptée par l’entreprise mercantile sans réaction mais plutôt perçue soudain – partout sur la planète – comme désormais le lieu essentiel à … et bien disons à la circulation de la lumière, donc de l’énergie, donc de la vie sur terre … ce serait chouette / merci, bisou

anthroposophie altermondialisme & nouvelle droite

vendredi 27 septembre 2019

schéma commencé suite à l’échec du contre sommet du G7 à Biarritz pour tenter de comprendre à quel point l’anthroposophie infecte depuis des années les milieux altermondialistes – on découvre lorsque l’on cherche un peu que cette écologie conspirationniste est intimement liée à l’écologie intégrale et à la nouvelle droite.

Un courant ésotérico-populo-écologique existe à droite comme à gauche, relié par une même idée, très ancienne qui se base sur un fond raciste.

Cette recherche permet de comprendre que le #metafascisme : cette montée des suprématismes et des extrêmes droites dans tout le monde occidental-chrétien-capitaliste rejoint un discours porté par des organisations écologistes et des ONG. Ce qui est en jeu dans la métamorphose du capitalisme en un #GreenNewDeal c’est le maintien de la position dominante de l’occident pour non pas « sauver » la nature mais continuer à l’exploiter au détriment des peuples indigènes ou autochtones. Greta Thunberg elle même parle de sauver « notre » civilisation : blanche/occidentale/chrétienne et capitaliste ce qui est un problème.


récapitulatif

 

a

medi 1er juin 2019

Je ne suis pas né avec un A cerclé en argent dans la bouche.
Il m’a fallu du temps, des rencontres et pas mal de déceptions pour comprendre que les ami-es que je cherchais étaient invisibles.
Du temps et des luttes, proches et lointaines, pour comprendre l’illusion de l’écologie sectaire des petits pas vers l’entre-soi.
Aujourd’hui, enfin débarrassé de ces scories, détaché, éloigné ou brouillé avec pas mal de ce que l’ »alternatif » a pu produire de creux ces 20 dernières années, me vient l’envie d’un petit récapitulatif.

né à Vesoul (70)
Vial est le nom de ma mère
licence de philo au Mirail (tlse)
crève Hodgkin et ton syndrôme : en rémission depuis 1997

association nova express :

co-création de l’asso nova express (1998) avec Céline Delestré :

participation (98-2002) au collectif mix arts myrys

https://librairiemobile.wordpress.com/2014/12/19/01-04-99/

éditions Key Largo :

https://librairiemobile.wordpress.com/2014/12/19/les-editions-key-largo-une-collection-achevee/
https://www.instagram.com/p/BajMySnHBc0/

la librairiemobile :


basée à Terre Blanque de 2002 à 2006
https://librairiemobile.wordpress.com/2014/12/19/la-librairie-mobile-historique-et-prochaines-etapes/

quand on pensait encore que ça servait à quelque chose de signer des tribunes

référence dans le guidaltern

la librairiemobile à Biocybèle

anonymous :

#Opbartleby
https://www.youtube.com/user/FreeFrogFrench
https://www.facebook.com/Anonymous-Garden-341363899231316/

La Grenouille – jardin/bibliothèque :


http://web.archive.org/web/20160303181132/http://www.librairiemobile.org/spip.php?article23
https://www.facebook.com/STOP-Consommation-566181160196436/
parcelle d’utopîe

Bibliocoop :


définition de la bibliocoop

https://librairiemobile.wordpress.com/2014/12/19/la-bibliocoop-une-mise-en-commun-sur-le-marche-de-monbrun-bocage/

LUMOMANA

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/lumomana-atelier-galerie-bibliotheque/tabs/description
https://www.ladepeche.fr/article/2013/11/22/1758254-le-mas-d-azil-lum-omana-une-galerie-conviviale.html


http://altercampagne.free.fr/pages/2008/AlterTour/Collectifs_associes.html

Bibliothèque du Pic Noir :

quand on cherchait un bateau pour faire la bibliothèque

https://librairiemobile.wordpress.com/2017/04/03/p-a-z/

https://librairiemobile.wordpress.com/2018/09/18/a-quoi-donc-occuper-ce-co-laps-de-temps-quil-nous-reste-a-vivre-ensemble/

travail artistique perso :

en soutien à la lutte de San Salvador Atenco contre l’aéroport (2001)

quasi tout les textes, récits, poésies accessibles ici

et aussi là

trilogie – anticipation politique :

stop consommation [en français]
stop consumo [en espagnol]

i.mage


ET Gabrielle ou la révolution relative

récit sur le transhumanisme :

Le fantôme de l’auberge du diable

poésie automatique

adaptation pour le théâtre de « Vercoquin et le plancton » de Boris Vian

facebook avec des trucs en vrac

c’est l’eau qui crée

assemblages

les mobiles : prendre le temps de faire voler les cailloux

https://www.artactif.com/fr/artist/vialdavid/work/collection/20811-sans-titre

https://vimeo.com/187152448

le système : plan d’évacuation (2017)

avec John Wayne(2018)

programme imaginaire composé avec les programmes des candidat-es aux européennes 2019

salut à toi néandertalE !

Il semble donc que quelque chose se passe ? J’entends que l’on parle de changer le système ? Soit. Soyons alors radicaux. Radicales. Allons jusqu’à la racine. Du nez.

Si l’on commence par ôter ces lunettes invisibles qui, posées sur notre nez nous faussent la réalité : sous prétexte de nous en protèger ou de l’améliorer ces prothèses modifient notre perception du réel, ôtons-les donc et alors, que voyons nous ?

Un sapiens-sapiens tout puissant. ArrogantE et vénalE. Qui étiquète avec méthode d’un code barre et d’un prix, chaque parcelle de vie sur Terre, responsable (à lui seul !) d’une extinction massive d’espèces : la sixième, et d’une strate géologique pourrie de plastiques et de la plupart des toxiques accessibles sur terre comme s’il avait entrepris de filtrer la surface du globe pour la stériliser, la rendre inerte. Ce désastre n’empêche pas ce même sapiens-sapiens de nourrir des fantasmes d’immortalité religieuse ou technologique, transhumaniste ou directoriale, évangéliste ou cybernétique ; ou des fantasmes de fuites interstellaires pour porter plus loin son oeuvre systématique de remodelage du réel par le travail qu’il vend à des gestionnaires du temps qui contrôlent la matière, l’énergie et leurs flux sur terre. Et les sapiens-sapiens semblent se satisfaire de ce spectacle d’effroi aussi absurde que terrifiant, malgré le peu d’intérêt qu’il suscite à l’échelle de l’univers.

ChacunE ses problèmes n’est-ce pas ? Ou bien chacunE son karma. C’est pareil. Mais je connais unE thérapeute excellentE qui vous aidera à mieux supporter l’intolérable. A un prix éthique. ConditionnéEs, puis recontionnéEs au besoin par des déconstructions positives… chacunE tente de continuer à croire à ce mensonge commun, à jouer dans cette farce globale que les participantEs que nous sommes s’exhortent à tenir pour vraie. Alors qu’elle ne l’est pas du tout.

Ce théâtre macabre est une vaste mise en scène visant à nous convaincre que sapiens est l’idéal du modèle de troupeau et sapiens-sapiens ses bergers naturels. Quand aux néandertalienNes, dont je me sens palpiter du coeur jusque dans les artères, souvent égaréEs, un peu perduEs dans ce trafic de sens inversés et d’imaginaires corrompus, contrariéEs tel le gaucher rééduqué, incapables de jouer le jeu ni parfois même de le comprendre, peu industrieuSes, pourtant fins observateurs pour vivre en bonne compréhension, en bon entendement avec ce qui les entoure, les néandertalienNes sont rétifs et rétives aux idéologies et aux dogmes, aux règles et aux normes – par inadvertance. Par profonde incompréhension que cette mise en perspective historique de la prédominance de l’humain sur le reste du vivant soit un fondement de civilisation. Cela ne peut en aucun cas être un programme politique ni un projet de société. C’est au mieux une erreur de jugement…mais bon, on peut toujours la considérer obsolète et passer à autre chose.

A quoi donc ? Un truc terrible. Un truc qui fait flipper tout le monde. Surtout celles et ceux qui profitent de cet état des choses. Quel est donc ce truc ?

Bien sûr c’est… la …. liberté. Voui, voilà le grand danger capable de fissurer les murs du théâtre, et les planches de la scène et les décors, connu depuis des millénaires, depuis que certainEs sapiens auto-proclaméEs sapiens-sapiens se sont arrogé le droit d’en asservir d’autres et de s’accaparer les terres, leurs ressources naturelles et les richesses culturelles de ses habitantEs, partout, par colonisation forcée, par le massacre des récalcitrantEs et l’humiliation des convertiEs.

Aujourd’hui néandertalE est anecdotique, son influence est ténue. A la fois reléguéE dans des réserves et éparpilléE dans le tissu même de notre humanité, diluéE un peu partout dans la société comme l’est dans la terre de la vallée la neige saupoudrée là quand elle fond ; néandertalE (en nous) est une solution précieuse à nos dérives. C’est le miroir archaïque de nos altérités dans lequel le reflet confus de notre humanité sapiens-sapiens peut nous apparaître net un instant, enfin libéré de toute arrogante supériorité factice.

d.vial 4 janv. 2019